Ebola : De la résistance à l’engagement Communautaire.

A Bunia, dans la province de l’Ituri, en République Démocratique du Congo en 2018, lorsque la Maladie à Virus Ebola a été déclarée, Mulindwa s’est engagé à l’éradication à cette Maladie.
Mulindwa Jean est membre du comité de l’association des motards dit autrement association des taximens Moto Ituri, « ATAMOI ».
Lors d’une réunion au sein de l’association, nous avons pris la décision de réunir tous les motards, dans les lieux publics, afin de répondre aux questions liés au Virus Ebola.
Suite à la désinformation qui ne cessait de prendre place au sein de la communauté de Bunia, cette association a été ciblée comme des agents sensibilisateurs pour accompagner l’équipe de la riposte d’ADRA dans la lutte contre la Maladie à Virus Ebola, au sein des ménages, des grandes routes, etc….
Pour un premier pas, les motards ont individuellement sensibilisé leurs ménages avant de se lancer dans les activités proprement dites.
L’équipe de riposte contestée pour des multiples rumeurs liées à la maladie MVE, elle avait réuni les chefs des villages qui avaient difficile à leur tour à faire comprendre les membres des villages.
« Nous étions totalement bouleversé à entendre que cette maladie est arrivé dans notre communauté. Nous avons entendu parler de cette maladie dans la province de l’Equateur avec toutes ses rumeurs notamment son mode transmission. La présence de ce virus au sein de notre communauté nous a tellement inquiéter car nous n’avons pas entendu parler de cette maladie ni à la radio ni la Télévision mais auprès des humanitaires. » Raconte-t-il.
« Nous étions prêts à s’apprendre à quiconque voulait nous parler de la maladie à virus Ebola comme risque à éviter surtout que les rumeurs reçus faisaient savoir que la MVE était une affaire des humanitaires et par conséquent s’abstenir de recevoir l’équipe de riposte car ce sont eux qui contaminent la communauté de cette maladie » , Rajoute-t-il .
La communauté de Rwampara en générale et celle de Shary en particulier n’a pas totalement pris la maladie à virus Ebola aux sérieux car les informations reçues de leurs proches étaient divergentes et prêté confusion.
Une fois de plus , les agents d’ADRA ont procédé à l’identification des leaders communautaires qui devaient appuyer le projet dans leurs villages afin de sensibiliser les membres de différents villages à comprendre les menaces de la maladie qui pesaient sur la population et ainsi s’engager pour son éradication. Parmi ces leaders, les transporteurs avaient été pris en compte, notamment l’association ATAMOI.
La communauté de Bunia, nous a fait confiance premièrement en tant que leurs chefs et en second étant que leur frère. Cette population avait compris et pris connaissance sur le 1 er cas qui a été identifié dans la Zone de Santé Rwampara. A partir de ces jours, nous étions sollicité à porter de l’aide au sein des ménages qui manifester encore la résistance. Afin de faciliter la sensibilisation des membres de communautés pour d’autres fins qui cadre avec le développement de leurs villages. Nous sommes ainsi devenus une ressource pour nos communautés.
« Je remercie le projet AHP Ebola pour avoir fait de moi un acteur de changement dans ma communauté à travers les connaissances acquises lors de la formation reçue qui avait porté sur la communication des risques et engagement communautaire, la surveillance en base communautaire, en prévention et contrôle des infections et en enterrement digne et sécurisé.
Pour ce faire, je souhaite que le Gouvernement Australien augmente les kits de lavage des mains pouvant nous amener à éliminer complètement cette maladie et autres types des maladies hydriques dont souffrent fréquemment notre population. »