Kasai: Les IDPS et les expulsées d’Angola bénéficient du ” Life-saving” dans les ZS de Kamonia, Mutena et Lwambo.

3 zones de santé (Kamonia, Mutena et Lwambo) ont été sélectionnées en fonction de la présence de retournés et expulsés congolais de l’Angola localisés dans la provinces du Kasai en RDC à travers le fonds OMS CERF.

Les ressortissants congolais rentrés en RDC manquent de biens essentiels, car ils se trouvent souvent dans l’obligation de céder ce qui leur appartenaient en Angola. La présence massive de personnes expulsées ou retournées exerce une pression supplémentaire sur des ressources déjà quasi-inexistantes et augmente les risques relatifs aux épidémies, violences basées sur le genre, aux séparations de familles, aux conflits intercommunautaires, à la traite des êtres humains et au travail des enfants.
Ainsi, les besoins urgents d’aide humanitaire se présentent déjà dans les zones frontalières et dans les zones de retour/destination finale. Ce flux des ressortissants congolais retournés de l’Angola vers différentes localités en RD. Congo a eu un impact sur le plan sanitaire pour ces retournés et les communautés d’accueil. Le système de santé n’étant pas à mesure de répondre aux besoins générés par ces retours sur une courte période.

Une réponse humanitaire s’organise à l’égard des 120000 personnes affectées par la crise, les bénéficiaires dans le programme établit par ADRA, dans le cadre du secteur de santé, avec comme objectif celui de réduire la mortalité et de la morbidité des populations affectées par les crises via la facilitation de l’accès aux soins de santé de base y compris la santé de la reproduction et par l’accès gratuit et égalitaires/sans discrimination aux soins de santé d’urgence pour les personnes retournées / expulsées et les personnes affectées. A travers, un paquet d’activité minimum, les structures de soin de santé sont approvisionnés par les médicaments essentiels, la distribution de kit de dignité aux femmes en âge de procréer, et autres.

Grâce à la disponibilité d’intrants sanitaires, le projet permet d’assurer une intervention rapide et immédiate pour sauver des vies depuis le début des expulsions dans les 3 ZS sous le financement de l’Organisation Mondiale de la Santé.